Publié par : m2museologie | 05/11/2010

Exposition: Iconographie : La médecine a épousé l’art

http://www.hebdo.ch/iconographie__la_medecine_a_epouse_lart_69087_.html

Exposition
Iconographie : La médecine a épousé l’art

Par David Spring – Mis en ligne le 03.11.2010 à 15:46

A Cologny, des centaines d’œuvres rares racontent plusieurs millénaires d’histoire de la médecine. Etonnant, somptueux et souvent émouvant.

«Quel mot lisez-vous, à la fin de la première ligne du texte?» Dans la pénombre de la Fondation Bodmer, Gérald d’Andiran, commissaire de l’exposition. La médecine ancienne, du corps aux étoiles, désigne un manuscrit sur parchemin datant de la fin du VIIIe siècle.

Le visiteur déchiffre: «abracadabra!» Cette formule figure dans un Liber medicinalis, un livre de médecine qui propose des remèdes à la fois naturels et magiques aux maladies.

Ce document est l’une des 250 œuvres montrées à Cologny (GE). Statues et masques traditionnels aux vertus bénéfiques, instruments chirurgicaux, livres des morts égyptiens, délicats et émouvants herbiers médiévaux, danses des morts à la fois grinçantes et brutales et planches anatomiques éblouissantes: l’ensemble offre un voyage à travers quatre millénaires d’histoire de la médecine.

Si une grande partie de ces pièces appartient à la collection de la Fondation Martin Bodmer, une autre provient d’institutions prestigieuses, de la British Library à la Bibliothèque nationale de France.

Quelques mètres plus loin, Gérald d’Andiran ne peut s’empêcher de faire admirer le plus étonnant document présenté: un rouleau de parchemin mesurant 5 m 40 de long, conservé à Stockholm et prêté pour la première fois.

De arte phisicali et de cirurgia, daté de 1412, rassemble les connaissances du chirurgien anglais John Arderne (1307-1392). Des opérations chirurgicales impressionnantes, une autopsie, des utérus contenant des fœtus ont été patiemment dessinés et mis en couleurs.

«L’histoire de la médecine est mon jardin secret depuis le milieu des années 60», raconte le commissaire d’exposition. Ce pneumologue, âgé de 64 ans, a consacré quatre années à préparer l’événement.

Si le catalogue qui accompagne l’exposition est parfois savant, avec par exemple une contribution de Jean Starobinski, la visite demeure tout à fait accessible.

L’histoire de la médecine se mêle en effet à l’histoire de la circulation des idées. Et montre comment, depuis l’Egyptien Imothep (environ 2700 ans avant notre ère), les formules magiques, les remèdes à base de plantes ou d’animaux et les connaissances techniques se sont développés et transmis d’érudits en chirurgiens, tout autour de la Méditerranée, et jusqu’en Inde.

«L’image médicale véhicule de l’art, de la sagesse et une dimension irréelle», remarque Gérald d’Andiran. Comme l’explique le titre de l’exposition, «les correspondances secrètes» tissées entre l’homme et les cieux existent depuis l’Antiquité.

Ainsi, «l’homme zodiacal», véritable guide de l’exposition, témoigne des liens que les hommes ont créés entre les signes du zodiaque, les planètes et les différentes parties du corps. Une mise en perspective à la fois poétique et touchante, à l’heure des IRM et des primes d’assurance maladie. v

Cologny. Fondation Bodmer. Du 30 octobre 2010 au 20 janvier 2011. http://www.fondationbodmer.org

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :