Publié par : m2museologie | 05/10/2010

Réutiliser les modalités scénographiques des artistes contemporains pour présenter les collections du futur musée de la santé.

Nos pensées et intérêts étant proches, nous avons décidé de mettre en commun nos recherches afin de fournir des réflexions plus abouties à propos de ce futur musée de la santé. Une multitude de points pourraient étre traiter mais le manque de temps ne nous permet pas de les aborder  tous en profondeur.

En effet, la fonction de présentation se divise en plusieurs  catégories, certaines sont primordiale.

La structure : Doit t-on classer les objets chronologiquement ou thématiquement ??

La chronologie est souvent privilégiée dans les musées à caractère historique comme c’est le cas pour notre musée de la santé. Il faut renforcer chez le visiteur l’interet pour le caractère évolutif de la médecine et des objets présentés.

Le parcour : Il est aussi très important ; il constitue le fil conducteur (Cheminement dans les salles du musée) et il traduit en espace (3D) le discour du musée.

Les proximités, les articulations, les enchainements du parcours de ce musée de la santé devrons refléter autant que possible l’évolution de l’activité médicale.

Il serait aussi possible de rajouter des espaces différenciés. Dans le modèle proposé par Giordan (Muséographe) nous est proposé différents espaces :

-Espace de « concernation », un temps qui permet au visiteur de s’identifier au sujet et au lieu.

-Espace de « compréhension » qui expose sous des formes diverses, les propos de l’exposition.

-Espace « pour en savoir plus », dispositif proposé au visiteur pour aller plus loin par lui même.

Ainsi nous avons choisi de nous pencher plus longuement sur la question du mode d’exposition/scénographie en nous inspirant d’oeuvres d’artistes contemporains. Nous allons exposer deux points que nous avons plus ou moins développée dans un précédent article : l’accumulation & l’isolation.

En ce qui concerne l’accumulation, il nous apparait que certain objets se prêtent mieux que d’autres à ce système de présentation. Nous avons estimé que ces objets comportaient un impact visuel faible, et que de ce fait, les donner à voir dans un ensemble leur insufflerait une « physicalité ».

Les objets de la collection se prêtant à ce type de monstrations sont les pots de pharmacopée, les soupapes, les tubes de Crookes, les visages en cire et les portraits de grands médecins. Nous songions à une présentation type salon du dix-neuvième siècle avec les portraits.

Nous pensons que ces hommes ont une importance dans l’histoire de la médecine et que leur présence est évidente. Cependant, des visiteurs non initiés ne s’arreteront certainement pas devant chaque portraits, c’est pourquoi nous proposons ce type d’accrochage, qui reste aussi en lien avec leur présentation actuelle au musée de l’histoire de la médecine et de la pharmacie.

Il en est de même pour les tubes de crookes. Si l’on présente uniquement un tube, l’impact est moindre, cependant, dans un ensemble, ils représentent une masse et prennent littéralement « corps ». Avec aussi l’avantage de rester fidèle aux réserves que nous à montrées Monsieur Renaud.

Encore une fois, le nombre d’artiste utilisant les systèmes de série ou d’accumulation sont nombreux. Rachel Whiteread, à la Tate Modern en 2005 avec son instalation « Embankment ».

A l’opposé, un autre système permet de mettre en valeur les objets : L’isolation. Il faut que l’objet soit unique, particulier. Qu’il ait une histoire chargée ou une plasticité forte. L’isolation permet de mettre en exergue ses qualités afin que le regard se focalise sur celui-ci. Qu’il y ait la possibilité de tourner autour, telle une ronde bosse afin de découvrir l’objet dans sa tatalité, prendre la mesure de son volume. L’objet devient en quelque sorte sacralisé.

Il faut éviter les vitrines, qui agiraient comme des interfaces parasites. Ainsi le « Baquet de Mesner » se prête particulièrement bien à cela. C’est une pièce unique aux qualités esthétiques puissantes. Il en est de même pour le microscope que nous avons découvert au HCL. Ces objets doivent être mis à part, car ils n’ont pas subit de fabrication sérielle. Il faut aussi mettre en évidence leur modalité de fabrication.

Dans l’exposition de Xavier Veilhan au chateau de Versaille, celui-ci présente la sculture « la femme nue » en bronze, mesurant 80cm et placée sur une cimaise.

(voir site consacré à l’exposition : http://veilhan-versailles.com , les images montrent mieux l’instalation)

L’artiste a complétement isolé l’oeuvre, dans un premier temps en faisant le choix de mettre cette sculpture sur une cimaise et dans un deuxieme temps en la plaçant loin de tout par rapport aux autres oeuvres sur le lieu d’exposition. Ainsi elle est complètement à part, dans le but de souligner son unicité. Le visiteur a ainsi le loisir d’appréhendé le volume dans sa totalité sans être « parasité ».

Une rétrospective du travail de Féliz Gonzalez Torres en 2010 au centre d’art Wiels à Bruxelles, a particulierement soigné la scénographie dans le but de découvrir peu d’oeuvres et avec chacune occupant un espace unique et éloigné des autres afin de découvrir les travaux un à un pour mettre en évidence leur qualité plastique et obtenir une appréciation des oeuvres plus forte que si elles avaient été accolées. (http://www.wiels.org/site2/event.php?event_id=160)

C’est sur cet angle que nous comptons aborder la question du futur musée de la santé. Comment les artistes contemporains peuvent nous inspirer dans leurs modalités de présentation en restant en adéquation avec l’origine de l’objet et la spécificité de sa fabrication ainsi que sa conservation.

(Nous tenons a signaler que nous mettrons en ligne un texte avec plus de références, celui ci ne sert que à présenter la direction de nos recherches et comment vont t-elles s’orienter sur nos prochains travaux)

Raphaelle & Benoit

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :