Publié par : m2museologie | 03/10/2010

Sur la reconstitution en tant que technique d’exposition. Typologiser ou pas ?

Pour un musée en tant qu’un projet de société

Si jadis on se contentait d’avoir un musée qui se limitait juste à son domaine, quel qu’il soit, ceci ne cadre plus avec les conditions socioculturelles qui définissent la société contemporaine, une société presque « informatisée », pourrait-on dire, et qui s’intéresse de moins en moins de sa propre histoire ; une génération pour laquelle le sens même du mot « passé » a changé, il n’est plus « notre passé » ou « son passé », mais il est réduit juste à quelque chose qui s’est passé il y a très longtemps, et à qui, ce qui est encore pire, on n’a plus rien affaire. Le « passé » d’aujourd’hui devient un « passé » défiguré, sans visage, sans contenu, sans sens, qui garde juste une forme d’emblé « déformée ».

C’est par rapport à cette question que le musée faudrait intervenir. Il devrait se définir comme un musée d’histoire (de la santé), mais aussi en tant qu’un musée de société. Il faudrait proposer ainsi d’appréhender l’histoire d’une manière transdisciplinaire (l’histoire, la médecine, l’art, la sociologie, l’anthropologie, le sport….), éclectique. Le nouvel espace devient un dispositif théâtral, sans doute, qui met en scène des représentations d’Autrui et de soi-même, à la fois.

Ainsi, dans le cadre d’une visite, l’individu se regarde (soi-même) en même temps comme sujet et comme objet de la visite, il arrive à être à la fois spectateur et acteur, le moment où il est mis dans cette perspective comparatiste dont je parlais dans l’autre article. L’idée est de faire les gens voir dans le passé une trace de leur propre vie et de le voir, également, comme une liaison avec le lendemain.

En humanisant (c’est-à-dire donner à la composante anthropologique son rôle dans le musée) le passé (exhibé par le musée) on le leur approche et, à mon avis, c’est ceci le but final et c’est ce qui peut investir la société d’une sensibilisation.

 

Sur reconstitution comme technique d’exposition

Je rebondis sur ce que remarquait Marine, dans son article, le fait que l’outil dé-contextualisé, devient objet, et je vais au-delà, en affirmant que l’objet perd même son passé, le contexte entier dans lequel il était utilisé n’est plus évident aux yeux des visiteurs. L’objet reste dans la vitrine, il continue à être regardé par les individus, mais il demeure uniquement un objet auquel on ajout (ou pas) un commentaire ; le message du passé se voiler.

Emmanuel Lévinas disait « Le fait que le regard se portant sur une chose est aussi un regard qui est couvert par cette chose ; que l’objet est un aveuglement quand on le prend tout seule ; il nous faire voir moins (….) ». L’objet dont parlait le philosophe peut être Autrui, mais aussi bien, une pièce d’un musée. Placé, montré, dans le cadre d’une reconstitution d’époque (d’un bloc opératoire, d’un cabinet médical, d’une pharmacie, d’un salon des malades, …..) le matériel muséographique rentre dans son contexte (qui est en fait une image de son contexte original). Il apporte la concrétude (de l’objet) dans la complétude (qui est en fait la reconstitution, au sein d’un espace muséal).

C’est justement cette complétude qui permet au visiteur de vraiment se rendre dans les temps anciens, de comprendre, de se comprendre, de s’interroger et pourquoi pas, de se construire soi-même.

 

Voici un lien d’un musée qui ne porte pas sur la médecine, mais qui a adopté la reconstitution (du passé), comme technique d’exposition. http://www.musees-strasbourg.org/index.php?page=mals-visite-virtuelle

 

****************

Je ne pense pas qu’il serait bien de placer toutes les pièces qui n’ont rien affaire au spectre médical dans une seule salle pour monter l’idée que les hôpitaux contenaient des objets variés (et pas juste …..). Sinon, cela resterait, à mon avis, seulement au niveau d’idée, d’impression bien acquise au pas par les visiteurs. Un bureau, un cabinet médical, etc. qui reconstitueraient la réalité, et donc qui contiendraient également ce qui est non-médical, feraient mieux transmettre le message (du musée).

L’objet ne doit pas demeurer en tant que tel, donc seulement un objet. Cela aveugle le regard.

***************

Un exemple de typologie serait celle de la maladie, c’est-à-dire, penser les outil, en termes des maladies pour lesquelles ils ont été utilisés (la peste, la choléra, la tuberculose, la lèpre, les fières typhoïdes, les dysenteries, le typhus, ……….)

Montrer les objets par le biais des maladies pour lesquels ils étaient utilisés, cela pourrait créer une vue d’ensemble et, certainement, demanderait la composante anthropologique (des moulages, etc….) ; on pourrait y encadrer également les produits pharmaceutiques en tant que traitements prescrits pour aux malades…

Pareillement, si on typologise les pièces, en ne les encadrant pas dans un contexte plus large qui conduirait finalement à « traduire » pas uniquement la destination d’un objet quelconque, mais l’acheminement d’une société, d’un monde.

Un agencement des pièces sur des critères classiques, cela entraînerait les pièces muséales dans un discours abstrait, qui risque de n’est pas être décrypté par l’audience.

Sur le fond sonneur, on peut mettre une voix qui raconterait un épisode pris du passé médical de Lyon (on en trouve beaucoup dans les livres médicales de l’époque).

A mon avis, le but du Musée de la Santé ne devrait pas être juste de présenter les objets, les pièces, mais de faire apercevoir aux visiteurs un mode de penser sur lequel se pliaient la médecine et la santé. Ainsi, les objets deviennent des symboles d’un passé mental et médical et c’est ce qui engagerait les visiteurs dans une perspective comparatiste (hier – aujourd’hui), et les mènerait à se poser des questions, à vouloir en savoir davantage, ….

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :