Publié par : m2museologie | 30/09/2010

L’homme au centre

Je reviendrai ici sur la discussion avec Mr Poisat de ce jeudi matin, et de ce qui m’en revient quelques heures plus tard.

Il m’a semblé ressortir de cette intervention une chose essentielle, qui rejoint mon propos précédent à propos du corps (ça tombe bien, ça me permettra peut-être de clarifier tout cela). En effet, Mr Poisat a largement insisté sur la double mission de l’hôpital, dont nous n’avions exploré que la première branche sanitaire pour délaisser sa dimension sociale. Cela reflète je pense la présentation des collections des différents musées « médicaux » de Lyon, où si le matériel de soin à proprement parler (outils, instruments, machines, etc.) est mis en valeur par des cartels explicatifs ou le verbe d’un guide, tout ce qui touche à la seconde mission de l’hôpital est toujours montré de façon maladroite, voire pas montré du tout.

Et c’est ici que je vais pouvoir revenir au corps qui manque dans ces musées : celui du patient qui souffre, que ce soit physiquement et dans ce cas les cires anatomiques l’exhibent, ou bien psychiquement et là il est plus délicat d’en trouver trace dans les collections (le seul exemple qui me vient serait celui de la tour d’abandon du musée des HCL). Comme le disait Mr Poisat, l’histoire de la médecine se résume souvent à ceux qui, semble-t-il, on bâti cette histoire, ces grands hommes comme Herriot, Lacassagne et autres praticiens. Et c’est là que se joue le rapport au corps dans les musées : il n’est là que pour servir le savoir-faire, la technique médicale.

Le patient n’est plus dès lors qu’un cas pour les professionnels, et par extension une curiosité pour les citoyens qui viennent visiter ces musées. Alors que l’hôpital se trouve être l’espace public de prise en charge de l’exclusion, les collections dans leur présentation excluent précisément ceux qui devraient être au coeur. Quand le dossier de présentation met l’accent sur une visée humaniste du musée, il s’agit dès lors de ne plus seulement présenter les grands hommes (et quelques femmes) de la médecine, mais de mette également l’accent sur ceux qui souffrent de diverses façons. Car si l’on se désole que les praticiens d’aujourd’hui ne soient plus que des techniciens qui se détachent de leurs patients, il faut également se désoler que les musées de médecine ne traitent pas vraiment du côté anthropologique et ethnologique de l’histoire médicale.

Vouloir parler à un grand public de la santé comme se propose de le faire le projet de l’Hôtel-Dieu est une chance à saisir parce que plus que l’art ou l’histoire, ce sujet touche l’humain dans toute sa profondeur. Plus qu’un musée scientifique, quand bien même il se targuerait de pédagogie, il s’agit véritablement de reconnecter les deux corps dont j’avais parlé : le corps surface, celui qui fonctionne ou dysfonctionne et qui occupe les médecins, et le corps structure qui figure l’homme dans toute sa complexité et qui nous occupe tous dans notre aspiration à vivre nos vies.

(je n’ai rien clarifié, désolée.)

Publicités

Responses

  1. Selyne, s’interroger c’est dtf toujours clarifier, même si la clarté n’apparait pas immédiatement. Poursuivez….
    Travaillez sur les termes de corps-surface et de corps-structure qui ne sont à mon avis pas encore suffisamment explicites. Créez une meilleure définition (voir chez les anthropologues, les psychiatres, les philosophes, etc…..). Faut-il montrer la connection des ces 2 corps ? Comment montrer les 2 corps, ou celui connecté à l’intérieur d’un musée ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :