Publié par : m2museologie | 10/09/2010

La naissance des musées médicaux à Lyon

La naissance des musées médicaux à Lyon

La création d’un musée de la santé qui regrouperait toutes les collections des musées de médecine déjà présents à Lyon peut nous amener à nous questionner à l’apparition de ce genre de structure dans la ville.                                                En effet, il est toujours utile de s’intéresser à la naissance de ce type d’établissement avant même d’en envisager la création sinon l’organisation.

Les premières collections présentant des objets médicaux remontent environ à l’époque de la Renaissance. On voit apparaître ce qu’on appelle à cette date des « cabinets de curiosité » ou encore des « chambres de merveilles ». Ceux-ci étaient des lieux où l’on entreposait et exposait des objets de collections qui présentaient une certaine originalité ou une rareté pour l’époque.  Ses collections comprenaient aussi bien des antiquités, des médailles, des animaux empaillés, des squelettes, des fossiles ou encore des herbiers mais aussi des oeuvres d’art, ces « expositions » privées étant, il ne faut pas l’oublier, les ancêtres des musées. 

On y trouvait notamment les objets qui nous intéressent tout particulièrement ici, à savoir ceux destinés à la médecine ou tout du moins aux sciences. Ces cabinets de curiosités ont eu une grande importance dans l’avancée de la science moderne à cette époque notamment grâce à l’exposition de squelettes, d’objets médicaux… Le tout était inventorié et édité dans des catalogues illustrés ce qui garantissait une grande diffusion dans les pays voisins auprès de nombreux spécialistes et savants.                                                                                                                                                             Lyon comptera de ses collections privées, comme d’autres villes d’Europe d’ailleurs, avec l’exposition d’objets médicaux en rapport avec l’anatomie.

On les trouvera aussi dans les hôpitaux de Lyon où on ne trouvait, jusqu’à une certaine époque, aucune faculté de médecine. Ces collections, privées ou publiques, avaient alors une fonction pédagogique qui aidait les étudiants dans leurs études. Nous pouvons citer par exemple la présence à l’Hôtel-Dieu de « l’Ecole des hôpitaux » fondé par Marc Antoine Petit (dont l’héritage donnera naissance au musée d’anatomie) et son enseignement médico-chirurgical qui comprenait une collection anatomique mais aussi une importante bibliothèque médicale. On apporte donc peu à peu une grande attention  à ces cabinets « médicaux » qui servent à former et à illustrer les cours des futurs médecins.

Tout cela justifie alors la future apparition d’un musée au sein de l’hôpital de l’Hôtel-Dieu en hommage à ces cabinets déjà présents, quelques siècles plus tôt,  dans cet établissement, et renforce alors l’ idée de créer au sein de ces mêmes murs un musée de santé de Lyon.

Ces chambres de merveilles disparaîtront peu à peu dans le courant du XIXe siècle pour donner alors naissance à des structures officielles qui exposent elles aussi encore les sciences.

C’est ainsi que l’on voit apparaître à Lyon différents musées. On en compte aujourd’hui quatres différents. Celle-ci  offrent un véritable patrimoine hospitalier et universitaire à la ville et l’enjeu aujourd’hui est de les réunir en une seule et même collection, au sein du fameux Hôtel-Dieu, qui sera alors rebaptisé en musée la santé.

Justine SANTORO

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :